Voyages

Pour aider à préparer un voyage au long cours.


74 h 40 dans le train

21.02.2016

Départ à 10h de notre hôtel moscovite, pour le métro.

Comme toujours grosses galères pour porter bagages et Poupi avec tous ces escaliers et ces passages obligés au rayon X pour tous nos sacs.

On finit par arriver à ce que nous croyons être notre gare, manque de bol, nous nous sommes trompés de sortie de métro. Il faut savoir qu'il y a de nombreuses différentes gares en Russie et surtout dans la même ville (au minimum 2 gares). Gare pour les trajets courts, gare pour les longs parcours, gare pour les destinations internationales etc...

Bon, ce n'est pas si grave, nous devons sortir de cette gare, marcher un peu et entrer dans l'autre juste en face.
Il y a 3 gares collées les unes aux autres presque dans cette partie de Moscou.

Nous tentons ensuite d'échanger nos billets "compartiment 4 places" contre un "compartiment 2 places" mais sans succès, personne ne parle anglais et même avec quelques mots gribouiller en russe sur un papier, on ne se comprend pas.

Il nous reste un peu de temps, je file faire des courses pour le train : eau, petits pots, soupes de nouilles, chocolat et thé.

13h00, nous montons enfin dans le train, le mythique Rossiya, le train qui fait Moscou/Vladivostok en 7 jours, sous le regard attentif de la "Provodnitsa" (responsable de wagon).
Nous rangeons notre bordel (oui bordel) et nous nous installons dans nos couchettes, une en bas pour Poupi et moi et l'autre au-dessus pour Loup.

Face à nous en bas, une jolie et jeune russe (pas vrai Loup ?) et une vieille russe qui nous montrera toutes les vidéos sur son téléphone portable de son voyage en Inde... gentille mais bruyante.

Grâce à notre jeune et jolie russe qui parle anglais, nous apprenons que nous avons un repas compris dans notre billet de train, ce sera celui de ce soir : 5 petits morceaux de poulet et du riz et une miche de pain. 

Nous rencontrerons aussi 2 français de Toulon, un papa et son grand fils (dans tous les sens du terme) qui réalisent le rêve du papa et font le trajet Moscou/Vladivostok (avec escale à Irkoutsk). J'espère qu'ils ne m'en voudront pas, j'ai oublié leurs prénoms (mais on les en en photo, avec leur autorisation mais sans leurs prénoms, la honte !).  

Le russe et le train couchettes.
Nous avons appris qu'un(e) russe qui monte dans un train couchettes se met automatiquement à l'aise. Il enfile sa tenue de train : jogging, tee-shirt et pantoufles. Puis installe son lit : drap, oreiller et couverture. Ensuite, il commande un thé bouillant et des confiseries. Et enfin il s'installe livre ou tablette/smartphone à la main.
Et ce, même s'il n'a que 4h de train à faire dans la journée.

Voilà comment à 18h00, notre jolie russe nous quitte à la déception de Poupi et Loup, laissant place à Vladimir, grand militaire fort sympathique.

Le personnel du wagon et du train restaurant est très sympathique et souriant.
Il n'empêche que le va-et-vient incessant dans la cabine empêche littéralement Poupi de se reposer.
Les paysages, eux défilent et sont de toute beauté.

Le train est bruyant, et dans notre cabine, on change de co-voyageurs, on rentre et sort pour les toilettes, on se fait porter du thé, bref, ça ne s'arrête jamais. C'est très sympa pour nous adultes, cela permet de faire des échanges, mais pour bébé Poupi, c'est vite un calvaire. Impossible de lui faire faire de vrai sieste, et la nuit sera encore plus terrible, avec un changement de personne encore.

Notre vieille russe nous quitte en plein milieu de la nuit, elle s'habille, range son sac, pendant que l'on est censé dormir, impossible pour Poupi qui s'énerve de plus en plus. 

Dans tous les trains russes, il y a un samovar pour donner de l'eau bouillante (et donc buvable). Des toilettes avec un trou au sol pour évacuer l'eau (on peut voir les voies du train). L'hiver, à chaque arrêt, un technicien tape entre les wagons pour casser la glace ainsi que pour libérer les freins, et la responsable de wagon fait tout pour ne pas que les conduits d'évacuation d'eau des toilettes gèlent.
De plus, il fait très très chaud dans le train (en moyenne 25/28 °C). 



22.02.2016

Au matin, Vladimir nous salut et s'en va.
Bref instant de répit, arrive Sergeï (peut-être un autre militaire) et le gros monsieur au pyjama et au sac de pépites de tournesols.

Le gros monsieur, à peine rentré dans la cabine me demande de me retourner pour enfiler son pyjama.
Il s'installe (lit et smartphone avec un film), et commence à grignoter ses pépites de tournesol : il prend une poignée de graines dans un sac en papier, les mâche et recrache les coquilles dans un autre sac en papier.
Le tout pendant les 3 bonnes heures pendant lesquels il est resté avec nous.

Sergeï lui souffle à chaque fois que Poupi s'agace et se met à pleurer, même s'il tente de communiquer avec nous et nous dire que ce n'est pas grave. 

Trop, c'est trop, Poupi n'a jamais été aussi irritable et colérique, elle est très fatiguée.
Nous demandons s'il reste une cabine pour 2 personnes de libre afin de changer de cabine pour faire dormir Poupi au calme.
Le gros monsieur s'en va, mais rien ne fait, Poupi est agîtée et totalement crevée, ne voulant pas dormir.

En plein milieu de la nuit, la responsable du wagon vient nous dire qu'il y a une cabine de libre, c'est 5000 rb de plus (soit 60 €).
Nous sommes OK et nous préparons à la hâte nos sacs et nos draps qu'il faut prendre avec nous. Nous changerons de wagon au prochain arrêt qui dure moins de 10 min.

Le top départ est donné, nous descendons du train, un responsable du train prend la poussette (le moins lourd), Loup porte tout le reste, et moi, je porte Poupi dans sa combinaison qui glisse (il fait froid), et mon sac à dos. Nous devons courir jusqu'au dernier wagon du train. 
Poupi me glisse plusieurs fois des bras et personne à cet arrêt n'est venu nous aider. Pas un seul responsable du train qui se tienne à chaque arrêt devant l'entrée des wagons, n'est venu me porter secours. Ils nous ont juste regardé passé.

Nous avons finalement atterri dans le dernier wagon, coupé de tous les autres. Plus d’accès au wagon restaurant (heureusement que j'avais fait des courses avant). Un peu comme puni.

Les russes ont du croire que nous faisions du zèle.
Non, notre fille avait juste déjà fait au moins 3000 km de voyage, et jusque là tout s'était hyper bien passé.
Mais elle a eu une overdose de va-et-vient dans la cabine, un grand besoin de calme et de voir son papa (qui n'était pas visible en étant sur la couchette au-dessus d'elle) et sa maman dans la même pièce.

Finalement, en étant seuls dans ce wagon, Poupi a pu enfin dormir dans son lit que nous lui avions installés, courir dans le couloir sans gêner personne. On a pu regarder des dessins animés sur le PC tous les 3. 
Bref, seuls (c'est sûr que c'est dommage), mais tranquilles. 


23.02.2016

Notre escapade forcée d'hier soir nous laisse un goût un peu amer.
Entre colère et incompréhension, les paysages défilent. 
Ils sont justes magnifiques. J'ai toujours l'impression que je vais voir surgir un loup ou un ours.
Je nous crois dans un roman de Jack London (Croc-Blanc) ou de Bernard Clavel (Amarok ou Les Royaumes du nord). Finalement les paysages nous font vite tout oublier et nous revoilà dans l'aventure.
Va falloir plus que cela pour nous démoraliser, on en a vu d'autres et on en verra d'autres certainement.
Le principal : on s'amuse tous les 3, au programme dessins animés, jeux et siestes. 

Nous avons retenu la leçon, avec un enfant en bas âge, c'est cabine double obligatoire pour être tranquille pour dormir, pour le change et pour les jeux. 

 Notre réservation de notre prochain trajet en train (Irkoustk-Vladivostok) est en cabine double.


Informations

⇒ Voir la carte de la ligne ⇐

Tracé rouge, notre parcours (wikipédia).




SUIVEZ-NOUS

Accompagnez-nous en temps réel, ou découvrez nos dernières positions.

Distance actuellement parcourue :
Dernier enregistrement :

Partenariat

Vous souhaitez devenir partenaire et/ou nous demander des photographies ? Nous faire tester des produits ? Nous inviter à manger ou à l'apéritif ?

N'hésitez pas à nous contacter, nous étudirons vos propositions avec attention (surtout pour manger...).

Lire les conditions générales du site.

Ils nous font confiance.
Suivez-nous sur les réseaux !
© 2015 songe.eu