Voyages

Pour aider à préparer un voyage au long cours.


L'arrivée en ferry Japon

Petit retour en arrière avec quelques photos de notre arrivée avec le ferry de la DBSFerry, compagnie coréenne qui effectue la liaison Vladivostok/Donghae/Sakaiminato.

Chambre avec tatamis, voilà ce que fut notre 1ère nuit à bord à tous les 3.
Il faudra partager notre seconde nuit avec Yuya, jeune étudiant japonais de 20 ans, que nous reverrons plus tard à Kyoto, ville où il étudie.

La traversée en 2 jours depuis la Russie est calme du moins jusqu'à l'arrivée au port coréen (du sud) de Donghae. Escale de + de 6h, où l'on nous avait dit qu'il ne fallait pas descendre.
Nous attendions donc sagement dans notre cabine quand plusieurs membres du personnel sont venus nous voir nous demandant de quitter les lieux. Obligation de quitter le navire durant l'escale.
Encore une fois, nous sommes en décalage avec ce que l'on nous dit lors de la réservation des billets et ce qui se vit à bord.
Nous voilà donc en 5 minutes, mis à la porte de notre cabine, poussette en main, Poupi dans mes bras, nous descendons vers le terminal du ferry pour la douane.
Là, on nous demande la feuille de sortie et d'entrée pour la Corée du sud, feuille que nous n'avons pas, puisque nous ne devions pas sortir, donc on ne l'a pas prise.
Soudain, plusieurs personnes viennent nous voir, parlant anglais, et ils sont surpris quand on leur explique que l'on ne veut pas quitter le ferry, ça ne nous intéresse pas de faire marquer sur nos passeports le tampon coréen.
La Corée, on veut la visiter après le Japon, à notre rythme, le temps que l'on voudra !
Et puis on est français !!

Et là, ils deviennent tous plus gentils qu'ils ne l'étaient déjà. Français ! Cela change tout, coup de fil et hop, nous remontons à bord, seuls passagers d'un ferry vide.
Car oui, depuis le départ de notre voyage, y compris en Russie, on nous prend pour des russes et du coup, les passages en douane ou contrôle de police (au Japon) sont plus compliqués jusqu'à ce qu'ils lisent "France". Nos visas russes sèment un peu l'embrouille. 

Notre après-midi seuls à bord sera occupées par le personnel qui crie et simule un incendie à bord, et quelques sorties à l'extérieur de notre cabine.

Le soir, nous accueillerons Yuya, notre première rencontre japonaise, dans notre cabine, et ce sera buffet en sa compagnie et celle de notre écossais, puis bières au bar avant l'arrivée le lendemain matin au Japon.

La suite, vous la connaissez, la galère de notre loueur de van et notre arrêt forcée à Tokyo à la recherche du plan B, puis finalement, on l'aura notre van et on le fait notre road trip japonais ! 
Ah, notre premier train japonais à Sakaiminato était très "yokai", avec un personnage dessiné par Mizuki Shigeru dont je vous reparlerai dans un autre article avec des photos de Sakaiminato.
Ensuite, nous avons pris le shinkansen nozomi (train ultra rapide) et mangé notre 1er EKIBEN (un bento que l'on achète à la gare, avec des spécialités régionales).

Voilà, vous savez presque tout de notre arrivée au Japon si ce n'est combien c'est émouvant d'arriver au Japon par la mer, et de voir le pays se dessiner et apparaître lentement, d'apercevoir les premières maisons japonaises. Un rêve de ... plus de 10 ans qui se réalisent et prend forme sous vos yeux, lentement au fil de l'eau.

Informations

Sakaiminato, arrivée ferry Japon




SUIVEZ-NOUS

Accompagnez-nous en temps réel, ou découvrez nos dernières positions.

Distance actuellement parcourue :
Dernier enregistrement :

Partenariat

Vous souhaitez devenir partenaire et/ou nous demander des photographies ? Nous faire tester des produits ? Nous inviter à manger ou à l'apéritif ?

N'hésitez pas à nous contacter, nous étudirons vos propositions avec attention (surtout pour manger...).

Lire les conditions générales du site.

Ils nous font confiance.
Suivez-nous sur les réseaux !
© 2015 songe.eu