Voyages

Pour aider à préparer un voyage au long cours.


On the road On fait de l'huile

Nous voici donc dans le bus en compagnie de 4 touristes chinois, 2 russes, 1 russo-anglais, le chauffeur de bus, et donc nous 3. Le chauffage tourne à fond, malgré tout, les vitres gèlent (on ne verra rien au travers des vitres latérales pendant tout le trajet).
Nous sommes juste derrière la banquette du chauffeur de bus (c'est un mini-bus). La place est large pour garder avec nous le "sac à miam" (avec biberon, couches et compagnie). Du coup, nous voyons bien la route qui se présente à nous.

Nous voyons bien le chauffeur doublé des camions dans un épais brouillard de neige, sur une route enneigée et glissante.Oui, nous voyons bien tout cela et plus encore, comme la vitesse du bus, le chauffeur qui n'arrête pas de répondre au téléphone...Oui, nous serrons les fesses.

Vers midi, le bus fait une pause de 20 min sur un parking enneigé vers un restaurant fermé.J'avais lu dans les guides touristiques qu'il y avait une pause repas au chaud. Bon, les guides enjolivent beaucoup (maintenant, on le sait) et surtout, ils ne font que "leurs voyages" l'été.

Il faut noté qu'en Russie, on ne donne jamais une information en entier.
Le gars nous montre son téléphone portable ou c'est écrit "20" donc ça veut dire 20 min de pause, ok, mais on fait quoi au milieu de nul part ? On sort se dégourdir les jambes, Poupi en profite pour parfaire sa marche dans la neige.
On remonte dans le bus, je comprends alors que ce sera notre seul pause. Je me mets en mode "maman peut faire des biberons partout" (déjà fait sur le quai d'une gare, dans le train) et je prépare un bib à miss Poupi, vu qu'on ne fera pas de pauser déjeuner.
Le bus a déjà repris la route quand j'entame mes mélanges de poudre, eau bouillante du thermos et eau froide. Après ça, je vous garantis que je suis capable de faire un biberon n'importe où !
Estomac calé, la miss s'endort pour une petite heure (on se demande comment elle a réussi à dormir tellement que ça bouge, mais elle fera mieux encore).
Nous nous arrêtons prendre un couple d'anglais dans un petit village je-ne-sais-où puis un mamie russe au visage de mongol. C'est fait, nous sommes en Sibérie, en Bouriatie même (le nom de cette région), tout proche de la mongolie. Les visages changent.
Mamie et Poupi se font des coucous incessants.

En face de notre arrêt de bus sur un bout du lac baïkal, un bateau prisonnier de glace sert de modèle aux photographes.

Et là, le bus s'arrête sur un bout de patinoire. Nous sommes sur la baïkal gelé. Il s'offre devant nous.Je reste dans le bus pendant que les autres descendent faire des photos.Là, un chinois monte, puis un autre.
Euh, que ce passe t-il ?
Loup revient me voir et je lui fait part de cet étrange sentiment que quelque chose se passe mais je ne sais pas quoi.
Le russo-anglais vient nous voir et nous dit "it's ok".Ok de quoi ?
Le bout d'information manquant est là !!
On change de bus !
Sauf que c'est l'heure de quitter ce bus pour l'autre et que je n'ai pas eu le temps de mettre la combinaison à Poupi ! Me voilà dehors du bus avec une poupi emmitoufflée dans ma veste. On est perdu. Les autres passagers de notre bus aussi (à part les russes). 
En fait, nos sacs et valises sont après se faire accrocher sur le toit d'un vieux combi soviétique. Notre nouveau bus. La mamie russe m'ouvre la porte du combi pour que Poupi et moi nous nous mettions au chaud.
Tout le monde dans le combi soviétique qui pue le chien mouillé et hop, nous entamons la traversée du lac, sur le lac gelé et balisé pour les véhicules. 

Bienvenue au lac baïkal ! 

Direction l'île d'Olkhon. (en passant entre les panneaux de signalisation, interdit de doubler...)

Poupi - qui voulait être avec son papa- est entre les jambes de Loup car il n'y a que 2 sièges occupés par mamie russe et moi-même, le reste ce sont des bancs de bois fixés au sol avec des couvertures qui puent le chien (notez l'importance de cette odeur).

La traversée du lac se fait sans soucis, et c'est assez rapide, pas le temps d'en profiter.

Par contre la route après le lac pour aller jusqu'au village de "Khoujir" où se trouve la célèbre auberge de Nikita, c'est une autre histoire. Chemin de terre gelée, cailloux, on fait réellement du 4x4 en version russe. Dans le combi, on se tient comme on peut, on vacille d'un côté à l'autre, on saute et pourtant Poupi va s'endormir.Incroyable !

Nous arrivons enfin à l'auberge. Impossible de savoir combien de temps nous avons mis pour faire le trajet.  Ce fut épique et très amusant (euh pas tant que ça non plus). On verra comment se passera le retour.

L'auberge Nikita sera notre pause "vacances", repos au chaud, en demi-pension. 

Informations

Carte


Auberge Nikita




SUIVEZ-NOUS

Accompagnez-nous en temps réel, ou découvrez nos dernières positions.

Distance actuellement parcourue :
Dernier enregistrement :

Partenariat

Vous souhaitez devenir partenaire et/ou nous demander des photographies ? Nous faire tester des produits ? Nous inviter à manger ou à l'apéritif ?

N'hésitez pas à nous contacter, nous étudirons vos propositions avec attention (surtout pour manger...).

Lire les conditions générales du site.

Ils nous font confiance.
Suivez-nous sur les réseaux !
© 2015 songe.eu