Préparatifs Détails de notre road trip

Vous trouverez ci-dessous des informations sur notre voyage : réservation du ferry, les visites, les km etc... Certaines parties ont été écrites pendant le voyage, d'autres revues et corrigées après.En tout cas, nous espérons que vous allez aimer ce voyage autant que nous.

Bonne lecture !

Le ferry. A bord moussaillon !

Nous avons réservé le ferry qui nous conduira du Danemark à l’Islande (en 2 jours sans escales aux Iles Féroé*) avec Voyage Gallia.Vous pouvez réserver également directement par la compagnie du ferry : Smyril Line.

Pour gagner en temps, être surtout tranquille le jour J, on a préféré passer par Voyage Gallia. Très bonne communication, rapidité et efficacité.Petit plus, une jolie pochette pour ranger les billets et tout le nécessaire pour le véhicule (carte grise, cartes, carnet de voyage …)

Responsive image

* Finalement, on aura une escale de plusieurs heures aux Iles Féroé (belle surprise !).

Le trajet. Avec notre petite clio !

En Islande, on tournera dans le sens des aiguilles d'une montre. On commencera donc pas le sud. Nous allons rouler principalement sur la route n°1 (route principale qui fait le tour de l'île) et ce pour des raisons techniques, une clio n'est pas faite pour rouler sur des routes non goudronnées comme le ferait un 4x4.

Voici en gros ce que donne notre tour.

En tout, nous aurons parcouru environ 6500 km (tout notre road trip compris).

Les visites. Et on fait le tour !

Vu que c'est un road trip et que c'est aussi notre première fois à tous les 3 en Islande, nous nous sommes imposés que quelques visites incontournables.

Notre itinéraire de base à gauche du tableau et celui que l'on a réellement fait à droite.

Prévu Finalement fait
Hirtshals Hirtshals
Seyðisfjörður Seyðisfjörður
Faskrudsfjördur Faskrudsfjördur
Hofn Jökulsarlon
Jökulsarlon Vik
Vatnajökull Geysir et le Blue Lagoon
Vik Reykjavik
Reykjavik Husavik et Godafoss
Blue Lagoon Myvatn et ses environs
CERCLE D’OR Borgarfjodur stri
Akureyri et Myvatn Retour à Seyðisfjörður
Retour à Seyðisfjörður

L'équipement. Tout dans une petite clio !

  • La voiture : notre Renault Clio 5 places
  • Les NIKON : D90, D7000 et D800
  • Un SONY HDR-CX700
  • Des trépieds, le rail… bref un équipement pour 3 photographes
  • 2 toiles de tentes et l’équipement pour dormir sans avoir froid.
  • Equipement de camping : réchaud, popote...
  • Habillement : culottes ! chaussettes ! Pulls et maillots de bain au cas où on teste les bains chauds.
500x500

500x500

Le budget. Pour trois personnes !

Ce budget est pour 3 personnes pendant 12 jours (avec voiture/repas/nuit).
Le billet de ferry avec couchette et repas nous a coûté 567 € par personne (avec assurance annulation, assurance, frais de dossier)

Trajet Ferry aller/retour + couchettes/repas du midi 1701 €
Essence trajet 6500 km (diesel) 650 €
Équipements/courses avant départ 250/350 €
Courses/dépenses sur place 400 €
Total (approximatif) environ 3000€ pour 3 pers.

(soit 1000€/pers)


Les informations à noter. Les liens à garder !

500x500


Islande : 7 juin – Départ

Départ de notre petit village de l’Hérault, direction Annemasse pour prendre Jacques (souvenez-vous, nous partons à 3 !) Nous nous sommes reposés le mercredi toute la journée chez Jacques et nous avons entamé notre ROAD TRIP au matin du jeudi 7 juin, aux alentours de 8h30.

Trajet prévu : 1610 km / 17h30 de voyage

Je suis seule à conduire (les garçons n’ont pas le permis), donc 2 jours pour se rendre au Danemark, pour moi, c’est mieux (je ne veux pas prendre de risque inutile). Le ferry part samedi 9 juin à 15h (mais il faut y être 3h avant pour embarquer), ça nous laisse le temps de rouler tranquille.
Magali

Petit récit du jour. 8h30, nous partons !

Départ de France. Puis petite traversée de la Suisse (magnifique passage), retour en France, puis Allemagne et Danemark.

  • Notre objectif : rouler sans payer d’autoroutes, budget limité oblige.

Nous avons eu un temps pourri dès notre entrée en Allemagne. Mais quand même, c’est bien l’autoroute gratuite. Par contre, manger dans les restaurants sur l’autoroute, c’est … vraiment pas bon et les WC, c’est 0,70 centimes mais c’est propre ! Tout ne peut pas être gratuit.

Première nuit dans la voiture, près de la frontière Allemagne – Danemark.

On se réveille après une merveilleuse nuit à trois dans une grande clio. OK, ça veut dire, on n’a rien dormi, pliés en 4 avec le bruit de l’autoroute et des camions. On avait faim, froid, mais qu’est-ce que c’était bien quand même ! Petit déjeuner rapide, très mauvais café mais bonnes madeleines.


Photos du jour



Islande : 8 juin - Au Danemark

Danemark. 21:40. Veille de notre départ en ferry.

Petit récit du jour. On the road ...

La journée a été épuisante, finalement, nous décidons de dormir dans un hôtel.

Nous nous sommes arrêtés à une cinquantaine de kilomètres du port de Hirtshals (où nous prenons le ferry demain après-midi).

Nous sommes partis hier matin à 8h30 de Haute-Savoie, nous avons roulé jusqu’à 21H environ et aujourd’hui, nous avons attaqué les autoroutes allemandes et danoises. D’interminables lignes droites, où la vitesse (en Allemagne) est presque illimitée. La clio s’est bien défendu face aux grosses BMW.

Fatiguée (ou plutôt épuisée, étant “la seule pilote”), je ne vais pas trop commenter nos 2 longues journées assis dans la voiture, je vous laisse regarder nos premières photos.
Magali

L’hôtel.

Chambre pour 3 et petit déjeuner.

Première remarque : le soleil ne se couche pas ? En effet, il a fait jour très longtemps.

Nous nous sommes improvisés un repas de pain, charcuterie et de bières… et hop ! Au dodo.


Photos du jour


Islande : 9 juin – A bord du ferry

LE VOYAGE COMMENCE ENFIN ! C'est pas l'homme qui prend la mer ...

Notre ferry : NORRÖNA – SMYRIL LINE

Celui-ci aura finalement 1h de retard sur l’heure de départ qu’il rattrapera rapidement dans la nuit.

Comment se déroule l’enregistrement de la voiture et des passagers ?

  • vous donnez vos papiers d’embarquement
  • vous allez être dirigés vers le n° de votre file (pour votre voiture)
  • Là, vous allez attendre un long moment, seul, car les autres personnes de la voiture doivent embarquer à part (via la passerelle).
  • On vous signale ensuite que vous devez suivre la file de voiture et entrez dans le ferry.

Conseil important pour le pilote : pensez à vider votre vessie avant !

Comment se gare t-on dans le ferry ?

Petite montée, demi-tour pour vous garer et vous voilà coincé dans le ventre du bateau.

Vous avez à peu près une heure pour prendre vos affaires (ou revenir chercher des affaires dans votre voiture) avant la fermeture des portes. Ensuite, les voitures ne sont plus accessibles, sauf lors d’une escale.

*** Noter que les voitures sont très serrées. Vous ne pourrez plus ouvrir vos portes comme vous voulez. Difficile même de sortir/entrer dans votre véhicule. Alors préparez-vous bien à l’avance pour ne rien oublier dans votre véhicule.

EMBARQUEMENT A BORD DU FERRY. La croisière s'amuse ?

La vie à bord du bateau

Dès le départ, vous avez un ticket à votre nom qu’il faut impérativement garder avec vous, il vous servira de clé pour accéder à votre cabine (ou couloir), mais également de pièces d’identité si vous devez quitter le bateau lors d’une escale par exemple. Pensez aussi à changer l’heure de votre montre après le départ et vous mettre à l’heure du ferry (soit -1h par rapport à l’heure en France).


Dormir. En couchettes, tu ne dormiras point !

Nous dormons dans les cabines couchettes qui se situent sous le niveau du garage de voitures. C’est à dire que finalement, on se touvre sous le niveau de l’eau, sans hublot, dans des cabines de 9 couchettes placées en U (au même niveau que la piscine et le sauna).

  • Pas d'intimité (pas de rideaux sur chaque couchette, dommage !).
  • Les couchettes sont accessibles depuis un couloir fermé avec un système de reconnaissance de code barre (code affiché sur votre ticket de passager).
  • Les portes de la cabine, elles, ne sont pas fermées et ressemblent plus à des portes de saloon.
  • Dans les cabines, il fait très chaud, même si on supporte bien son léger duvet pendant la nuit.
  • Les douches et WC sont à l’extérieur du couloir. On peut prendre des douches bien chaudes, et celles-ci sont nettoyées toutes les heures.
500x500

500x500

Manger. The Today's meal !

Avec les tickets couchettes, nous avons le droit à un «today’s meal » soit le repas du jour (valable à la cafétéria seulement). Il est sans boisson et autant dire qu’il n’est pas très fameux : légumes très cuits vapeur et un bout de viande à la sauce ketchup (ou le lendemain à un curry de poulet… tiens, les restes du poulet de la veille ?) Ce n’est pas dégueulasse, mais pas fameux non plus !

Petite anecdote amusante : à la cafétéria, on vous donne un badge rond (comme un palet de hockey sur glace) qui sonne pour vous avertir que votre plat est prêt et que vous pouvez aller le chercher).

Sur le bateau plusieurs possibilités de manger : cafétéria, restaurant, bar lunch.

  • On peut également acheter des sandwichs à la machine.
  • Il y a un café sur le pont du ferry avec un côté fumeur et l’autre non-fumeur (le café n'est pas très bon).
  • Il est presque impossible de boire de l’eau autrement quand achetant des bouteilles. L’eau du robinet ayant un léger goût de chlore.

Attention sur le ferry, on a tendance à pas mal dépenser en café, chocolat et petit-déjeuner... car on s'ennuie vite. Nous avons constaté que nous avons bien entamé notre budget sur le ferry. Pensez à prendre de la monnaie et à vous limiter. Si c’était à refaire, on aurait prévu un sac à dos avec des sachets de thé (et gobelets), petits jus de fruits, biscuits etc …


Activités à bord. Game Over

On s’ennuie assez rapidement sur le ferry et si on ne veut pas dépenser de l’argent, alors ça devient vite encore plus ennuyeux !

  • Salles de jeux vidéos
  • Nombreuses machines à sous
  • Un petit cinéma permettent de se divertir
  • Piscine,sauna et salle de fitness (tout payant).

Sinon, c’est promenade dans le bateau, sur les coursives extérieures où il faut s’habiller chaudement car le vent glacial et humide souffle très fort.

Pour internet, c’est 15€ l’heure. Autant dire que ce n’est pas donné (accès internet par le satellite). Normalement (parait-il) qu’il est possible d’avoir accès à un réseau pour téléphoner, mais nous n’avons jamais réussi.

- Une bonne activité à faire : apprendre à se repérer à bord de ce gigantesque labyrinthe !

- Autre amusement (ou pas) : deviner qui ronfle le plus dans votre cabine, ou qui pu le plus des pieds.

500x500

MERCALM est plus efficace comme médicaments pour les nausées et autres soucis dû au mal de mer que COCCULINE. Les 2 ont été testés, et je vous garantis que Cocculine ne vous empêche pas de refaire votre repas par dessus bord (c'est du vécu).
Possibilité de recharger vos appareils grâce à des prises dans les bars/restaurants (il faut les chercher ! ça vous amusera).(Magali)

Personne ne parle français à bord, et l’anglais n’est pas toujours compréhensible avec l’accent danois ou allemand. Les annonces à bord se font en 3 langues : danois, anglais et allemand.


Photos du jour



A bord du ferry (suite)

Dimanche 10 juin, passage près des îles Shetland.

Rien de palpitant à bord si ce n’est un passage rapide aux Shetland où l’on a pu faire des photographies.

On a également vu des plates-formes pétrolières. Nous sommes toujours suivis pas des oiseaux.

Les journées sont longues à bord. Il faut vraiment penser à trouver des occupations !

Photos du jour



Lundi 11 juin - Escale aux îles Féroé. Surprise !

Petit récit du jour.

Le bateau fait escale (quelle surprise !) aux iles Féroés et plus particulièrement au port de TORSHAVN.

Réveil 4h30 avec une annonce qui nous dit que nous allons faire escale. Ne comptez pas vraiment dormir la nuit surtout si vos voisins ronflent. Préférerez la sieste.

Sur le coup, on ne comprend pas vraiment l’annonce mais on se lève pour aller sur le pont et voir où on est.

Finalement, ce sont les îles Féroés ! Quoi une escale ici ?! Mais ce n’était pas prévu ! Nous allons apprendre finalement, à notre grande surprise, que nous allons faire un arrêt de 9h (de 5h00/14h00).

Après un petit déjeuner rapide mais copieux (où le café n’est vraiment pas bon, il n’y a que de l’eau !), nous nous sommes dirigés vers le joli petit phare, qui fait office de monuments à la mémoire des morts et disparus depuis l’attaque de l’île par les pirates turques puis les morts de la deuxième guerre mondiale. Ensuite, nous avons longé la côte, rencontrant des moutons, bifurqués par la ville en traversant un quartier où des enfants se rendaient à l’école. Petit détour vers le centre ville, où le passage piéton sonne pour annoncer soit le bonhomme vert, soit le rouge. Tous les magasins étaient fermés. A cause du lundi ? En tout cas, leurs horaires annonçaient ouverture à 10h du matin, et vu que l’on était matinal…

Nous avons découvert aussi un joli petit quartier de maisons typiques avec le toit couvert d’herbes, visités le cimetière (et oui !) où reposent de nombreux Jacobsen et pas mal de personnes avec des prénoms français : Emilie, Jeanne…

Balade sur le port, où le temps passait du gris clair au gris foncé, de la pluie au beau temps en l’espace de quelques minutes. Pour finir notre escale, petit pique-nique improvisé sous le phare : sardines et pain de mie local arrosé de … vodka islandaise achetée au magasin du bateau. Nous avons bu avec modération mais délectation (nous avons bu dans le bouchon de la bouteille, seul récipient qui pouvait nous servir de verre…).

Conclusion de notre étape au îles Féroés :

Quelques coups de soleil sur le nez et les joues, une escale surprise qui nous a mis du baume au coeur après 2 jours de bateaux et des nuits ronflantes (ou gonflantes et bruyantes avec nos colocataires). Les Féroés sont à visiter !

Photos du jour



Mardi 12 juin. L'Islande !

Il est au environ de 9h du matin (heure islandaise).

Terre en vue moussaillon ! Aurait pu dire un capitaine de navire à ses membres d’équipage.

Nous, c’était plutôt « Dear passengers, we landed in the Icelandic port … please leave your cabin and get your cars … » ou un truc dans le genre.

On se poste sur le pont pour prendre des photos et on prépare nos sacs dans l'attente de pouvoir rejoindre le véhicule et enfin se rendre à terre.

Quand la sirène du bateau retentit, et que les portes du ferry s'ouvrent (sous le bruit de sirènes également bruit qui nous manque), c'est le ciel qui s'offre à nous.

A nous l'aventure !

Photos du jour


Mardi 12 juin - WELCOME TO SEYDISFJORDUR !

Avec ses quelques poignées d’habitants, Seydisfjordur, est le port où le ferry arrive et repart. C’est un magnifique fjord (vraiment très beau !), long d’une quinzaine de km, où les maisons en bois aux couleurs vives vous invitent au voyage dès que vous les apercevez.

Il y a quelques boutiques, un camping, un hôtel et un sympathique café « Skaftfell *» (qui paie pas de mine vue de l’extérieur) mais qui sert de délicieux plats (dont des plats indiens !), de gigantesques pizzas et vous permet de siroter de la bière. Accès internet gratuit. Le café fait très baba-cool et les serveuses sont vraiment très gentilles (comme tous les islandais d’ailleurs mais ça, on s’en apercevra au fil du voyage).

* Nous "visiterons" cet établissement lors de notre dernière journée sur l'île.

Petit récit du jour. Que dire de notre arrivée ?

Enfin la terre ferme. Enfin l’Islande. Et il neige un peu.

Il faut avouer que nous n'étions pas très en forme à notre arrivée et surtout nous étions focalisés sur toutes les personnes quittant le ferry (un lâcher de touristes dont nous !). On se disait que l'on allait finalement être tous au même endroit au même moment. Finalement, non, l'Islande est assez grande pour absorber les touristes sans que l'on se retrouve les uns sur les autres. Ouf !

Bref, nous voilà à terre. Heureux, un peu fatigués, mais heureux. On est resté un peu en ville pour visiter et aussi laisser les "autres" s'éloigner.

Ensuite, on a pris la route (seule et unique route qui entre et sort du fjord).

Gufufoss, notre 1ère cascade

Cette cascade est très facile d'accès puisqu'elle se situe à quelques kilomètres du centre-ville de Seyðisfjörður, le long de la route (unique route). Il y a un petit parking pour se garer.

En ce début de road-trip, nous avons vécu 2 petites histoires passionnantes à vous raconter !


L'anecdote du jour -1 La panne.

1/2 heure après notre arrivée (sous la neige !), nous voyons sur la route, un fourgon avec les warning. Des français ! Des 34, comme nous ! On klaxonne et là, en fait, on s’aperçoit que les messieurs-dames sont en panne. Que dire de cet instant précis ? On s’est demandé ce que nous devions faire ? Avouons-le, pendant une minute, on s’est dit qu’on avait juste 9 jours sur place, juste 9 petits jours et que le dépannage pourrait nous prendre notre temps si précieux. Mais, nous avons vite effacé cette idée, et on a aidé notre compatriote dont le réservoir d’essence, pas plein, ne voulait pas donner de puissance au moteur pour attaquer cette grosse montée.Alors nous voilà devenus dépanneurs. On a aidé à remplir le réservoir d’essence. Aller/retour sur la seule et unique route vers SEYDISFJORDUR. Et comment dire… vous êtes à l’autre bout du monde, vous rencontrez des français, c’est déjà rare et là, en discutant, vous vous apercevez que vous venez du même village dans l’Hérault. Finalement, tout est vite redevenu normal. Le fourgon a pu redémarrer et reprendre son chemin. Les messieurs-dames, forts sympathiques, nous ont offert une bouteille de vin, que je peux vous garantir, nous avons apprécié le soir venu.Voilà comment se sont passées nos premières heures en Islande.

500x500

Ensuite, nous avons filés directement vers la ville ou plutôt le port de Faskrudsfjordur, fondé par des français à la fin du XIX ème siècle. Passage obligé pour nous, français, cela fait parti de notre histoire tout de même. En plus, les noms des rues sont en islandais et français ! Il y a aussi un cimetière avec le nom des marins français qui ont terminés leur vie ici. Notre première rencontre avec un oiseau.

Puis on a repris la route en direction de Höfn, notre premier arrêt pour dormir.


500x500

L'anecdote du jour - 2 L'auberge rouge.

Alors il faut que l’on vous avoue, nous pensions dormir à Stafafell (avant Höfn) où il y a un camping à la ferme. Bon, nous y sommes allés, on s’est renseigné auprès du fermier qui nous a dit qu’il n’y avait pas d’eau, que le camping était fermé mais d’aller voir « là-bas » en nous montrant derrière la petite église près de chez lui. Alors, nous sommes allés « là-bas » à 500 m de chez lui, derrière l’église. Il y avait un bâtiment ouvert, avec à l’intérieur, cuisine, chambres, WC et un thermos d’eau qui fumait. On a appelé, cherché, et personne. Les cottages dont parle le lonely planet, étaient en ruines. En faisant le tour du bâtiment, nous sommes tombés sur une pelle en travers du chemin et un os et là, pas courageux que nous sommes, on s’est tapé un délire sur le film l’auberge rouge. Imaginez: eau chauffée, portes ouvertes, pelle, os, cimetière et église…. tout pour attiser notre très grande imagination et notre très grand courage. Et bien, on est parti de ce lieu. Sans commentaires, ni moqueries, messieurs-dames s’il vous plaît ! Finalement, j’étais trop fatiguée pour poursuivre jusqu’à Höfn. Alors, on a trouvé un coin bien perdu en dessus du tunnel qui va à Höfn. Nous avons planté nos tentes (à la sauvage), nous avons mangé, et on a presque bien dormi.


Fin de notre première journée en Islande.

Photos du jour



Mercredi 13 juin – En route pour Vik i Myrdal

De bons matins, nous voilà partis en direction de Vik i Myrdal où nous avons prévu de passer notre deuxième nuit.

Au programme de cette journée :

  • Les icebergs de Jokulsarlon (désolée de ne pas mettre les accents sur les lettres)
  • Le lac de Fjallsarlon
  • Des sternes, des sternes et encore des sternes
  • Vik i Myrdal (dont camping)

Jokulsarlon

Autant le dire tout de suite, les icebergs, c’est merveilleux !!! Époustouflant ! Impressionnant ! Jökulsarlon, c’est vraiment beau mais bondés de monde quand même. Il y a des sorties au milieu des icebergs dans des drôles d’engins et de très nombreuses sternes.

Mais que c’est beau !

Le lac de Fjallsarlon

Ensuite, nous sommes allés en direction du lac de Fjallsarlon, situé devant le glacier Fjallsjökull où l’on peut voir d’impressionnantes cascades de séracs et des icebergs aux drôles de formes.

Pour le trouver depuis la route 1 : 10 km environ après Jokulsarlon, il y a un panneau qui l’indique (sous la ligne électrique qui coupe la route à ce moment-là).

Puis route vers Vik. Comme c’était notre premier camping officiel, on est allé à l’accueil du camping, et c’était écrit que l’accueil ouvrait à 18h. Nous avons dû arriver vers 17h00, du coup, nous avons errer dans la ville. En fait, il faut savoir qu’en Islande, on plante sa tente (enfin on s’installe) et on paie après.


L’Islande et ses campings. Vous êtes tenté ?

Retenez bien : en Islande, dans les campings, on s’installe, on paie après. C’est un principe un peu étrange. Parfois, même personne ne vient le soir au camping et ce n’est que le matin qu’un gardien vient récupérer son dû. Et là, il peut vous demander (ou il faut lui dire) si vous avez pris une douche ou pas, c’est à dire si vous dites oui, vous payez, sinon, bah vous ne payez pas quoi. Dans le même esprit, on a aussi le camping super beau, tout propre où vous allez avoir un panneau disant que si vous ne voyez personne durant votre nuit/séjour, appelez tel numéro pour payer. C’est quand même bizarre comme façon de faire non ? Après, on peut aussi venir au camping à une heure tardive et repartir très tôt, du coup, vous ne croisez pas le gardien et vous ne payez pas. Bref, c’est vraiment louche les campings en Islande.

500x500

Finalement, on installe nos tentes, et on va payer. Et comme il faisait très beau, nous nous sommes balader dans le coin (pour admirer la belle église) et surtout sur la plage de sable noir pour admirer les pitons rocheux de Reynisdrangur.

500x500

Le point info. Le lupin

Le Lupin (lupin d’Alaska) a été introduit en Islande afin de retenir la terre, ce fût un succès mais voilà, le lupin a prospéré et il finit par étouffer la flore locale, et les moutons ne le mangent pas. Alors certes, c’est très joli pour des photos et pour le décor, mais en réalité, le lupin est bien devenu une espèce nuisible pour l’environnement islandais.


Le camping de Vik. J'irai dormir chez vous .

Franchement, c’est le plus vilain camping que l’on ait fait en Islande. Les douches, on n'a pas compris comment les faire fonctionner, et surtout ce n'était pas très propre. Mais on a bien dormi quand même !

500x500

Fin de notre deuxième journée en Islande.


Photos du jour



14 et 15 juin - Geysir et le Blue Lagoon

2 jours pour visiter les 2 lieux, avec au programme :

  • Dyrhólaey pour voir nos premiers macareux moines ou puffins
  • Skógafoss, arrêt imprévu et belle surprise !
  • Déjeuner à Sauðhúsvöllur et arrêt à Kerið
  • Fin du 14 juin à Geysir et son camping
  • 15 juin, le Parc national de Þingvellir
  • Le Blue Lagoon
  • Le pont du Middle Point
  • Terminus, on dort à Garður

Dyrhólaey

Petite péninsule à quelques kilomètres de Vik pour admirer (de loin) le promontoire rocheux et la jolie arche inaccessible en cette période de nidification. Quelle merveilleuse vue !

Au fait, nous avons vu nos premiers puffins à Reynisfjara.

Skógafoss

Arrêt imprévu, surprenant et grandiose à Skógafoss, une très belle cascade entourée d’herbes d’un vert magique (on dirait que c’est irréel tellement c’est vert).

Pas mal de monde, mais finalement, on peut faire des photographies tranquillement.

On peut monter tout en haut de la cascade via des escaliers mais la vue est plus jolie à mi-chemin.

Sur la route principale, on aperçoit le musée de Eyjafjallajökull (plus connu sous le nom de ""Eyja quoi ?"" d’où de nombreux tee-shirts en Islande avec Eyja who ? écrit dessus). Mais si, vous savez qui sait ! Le volcan qui a emmerdé tout le monde en 2010 avec ses fumées qui empêchaient les avions de circuler librement !

Sauðhúsvöllur

Ensuite, on s’est arrêté casser la croûte à Sauðhúsvöllur, où là, en bord de route, il reste un vestige d’une mini cabane (voir photo) qui servait à entreposer les bidons de lait durant l’époque où un camion faisait le tour des fermes pour récupérer le lait. Celui-ci, selon le temps, ne pouvait pas toujours accéder aux fermes alors la cabane servait de point relais.

Kerið

Puis nous nous sommes arrêtés à Kerið, un cratère volcanique occupé par un joli lac d’une couleur magnifique (l’Islande, c’est la pays des couleurs intenses !).


Le camping de Geysir. L'herbe verte

Enfin, nous sommes arrivés à Geysir. Nous nous sommes installés dans le camping, très beau, WC – lavabos très propres, accueil sympa, collé au parc des geysers (donc super !). Les douches n’étant pas encore terminées, il faut aller à la réception de l’hôtel 100 m plus haut. Ce sont les douches de la piscine (d’ailleurs avec le prix du camping, il y a l’accès à la piscine). Attention douches communes ! Pudiques s’abstenir. C'est vraiment un super camping mais il a un défaut et c’est franchement un problème : les moucherons ! Impossible de rester hors de sa tente trop longtemps, impossible de manger dehors (merci à Jacques de nous avoir inviter à manger dans son igloo spacieux). Une vraie crise de nerfs. Ces moucherons adorent les yeux, les oreilles, la bouche et se collent bien aux vêtements.

500x500

Comme nous n’étions pas trop fatigués ce jour-là, nous avons été tout de suite au parc des geysers (gratuit). En plus, le soleil était au rendez-vous, pas un nuage, et en début de soirée, c’est parfait pour des photos.

500x500

Strokkur. Le "vrai" geysir !

Il faut savoir que Geysir ne jaillit pas tout le temps contrairement à ce que l’on peut entendre. Il le fait uniquement quand il y a un séisme qui le bouscule un peu et du coup le réveille. Il peut jaillir à plus de 120 m de hauteur, ce qui fait de lui, l’un des plus grands geysers après ceux du Yellowstone il me semble. Celui qui jaillit toutes les 10 minutes environ et à des hauteurs variables, c’est Strokkur. L’odeur de souffre qui se dégage de cet endroit, est supportable (plus que les moucherons !).

Fin de notre quatrième journée en Islande.


Photos du jour



Suite : Geysir et le Blue Lagoon

Petit récit du jour. Les "voyeurs"

Le 15 juin au petit matin, nous rangeons nos toiles de tente, quittons (sans regrets) les moucherons du camping et allons faire un dernier petit tour voir Geysir et ses amis avant d’entamer la route qui nous mènera à Þingvellir, puis au Blue Lagoon.


Þingvellir. 15 juin, fête nationale islandaise

Il faut savoir Þingvellir : est un haut lieu de l’histoire islandaise, car c’est ici que fût fondé le premier parlement. Pour en savoir plus, je vous invite sur le wiki . Mais pour info, la rivière de Þingvellir est certainement la rivière la plus célèbre d’Islande. Elle se jette dans le lac, mais auparavant se promène aux alentours de l’Almannagjá, où elle forme un petit lac de triste réputation. C’était dans cette mare qu’étaient noyées les femmes condamnées à mort par l’Alþing. La splendide cascade justement nommée Öxarárfoss permet d’oublier quelque peu ces coins sombres de l’Islande médiévale.

500x500

500x500

Le Blue Lagoon. Piscine ou usine à touristes ?!

Ensuite, nous avons roulé jusqu’au célèbre Blue Lagoon, sans vraiment l’intention de nous y baigner. Nous n’étions pas décidés. Finalement, une fois sur place, quelle fût pas notre surprise en découvrant sur le toit du restaurant du Blue Lagoon, une terrasse aménagée pour les voyeurs (comme nous) qui ne souhaitant pas se baigner, ils peuvent faire des photographies des lieux (et des gens !). Nous sommes même allés dans le café ( fringués comme des clodos avouons-le), où là, un serveur nous a dit que nous pouvions prendre autant de photos qu’on le voulait. Voilà comment le Blue Lagoon n’a plus besoin de faire de la publicité, les touristes le font à leur place. J’avoue, nous n’étions pas très à l’aise à photographier des gens qui se détendent (à priori). J’avoue également avoir été extrêmement déçue par ce nid à touristes, venus en masse (en bus), buvant de la bière dans la piscine ou mieux, ils se font passer de la crème solaire par un serveur, dans cette eau si bleue et dans ce lieu quand même magique.


Par contre, il faut savoir qu’à côté de la zone baignade, il y a un joli parcours autour de bassins bleus turquoises où on n’a pas le droit de se baigner. Pour des photos, c’est super ! On a une bonne vue sur l’usine géothermique.

On préfère reprendre la route vers de nouvelles aventures islandaises. Nous tombons sur une autre usine géothermique qui nous dévoile ses gigantesques tuyaux et ses tours de vapeurs.

Quand à Loup, nous avons bien failli le perdre ce jour-là quand il a quitté un peu le chemin pour faire des clichés et que soudain le ciel est devenu noir de sternes. Il nous a refait Les Oiseaux d’ Alfred Hitchcock. On a tous très vite couru à la voiture s'enfermer.


Le pont du Middle Point. Entre 2 continents.

Plus loin, un petit panneau indiquait un point de vue et c’est avec grande surprise que nous sommes arrivés au Middle Point. Un pont entre 2 continents, d’un côté la plaque nord-américaine, de l’autre l’européenne. 2 amoureux ont laissé ici le cadenas de leur coeur.

500x500

Camping de Garður. Gratuit !

Notre journée s’achèvera dans une odeur de marée basse sur le camping municipal de Garður (gratuit) au pied de l’immense phare. Le camping se compose de toilettes propres chauffés (un peu vieillot), et d’un point d’eau pour la vaisselle. Quelques tables de pique-nique en bois sont éparpillées sur le terrain herbeux. L’électricité n’avait pas l’air de fonctionner. Mais c’est gratuit et calme, alors c’est déjà très bien !

Fin de notre cinquième journée en Islande et de la partie Geysir/Blue Lagoon.


Photos du jour



16 juin - Reykjavík, bienvenue dans la capitale !

Que dire de cette belle ville ?

C’est un mélange d’architectures, entre le très moderne et l’ancien.

Beaucoup de parkings, donc facile de se garer.

Reykjavík est une ville d’artistes en tout genre, avec de nombreux musées, des galeries… des murs peints, des maisons colorées, bref, elle m’a fait l’effet d’une ville baba-cool.

Petit récit du jour. Les touristes !

Nous avons erré dans ses rues et ruelles, sans vraiment de but précis, juste pour le plaisir de découvrir la ville et ses habitants (sous un magnifique soleil). Au départ, nous voulions nous rendre à la fête Vikings puis allés sur l’île de Videy mais finalement, nous sommes restés seulement en ville et ce n’est pas plus mal, un peu de détente dans notre Road Trip.

Nous avons mangé dans un restaurant chic de la capitale. Et oui, nous avons délaissé le riz, les boîtes de conserves, le fromage pour se mettre à table et à la cuisine islandaise. Nous nous sommes faits ce plaisir et quel plaisir ! C’était juste délicieux, merveilleux, époustouflant … On en redemande !

Au menu du Lækjarbrekka :

  • Entrée aux puffins à tomber par terre (alias du macareux ou « lundi » en islandais)
  • Plat : du mouton (forcément en Islande, on mange du mouton et c’est bon)
  • Plat 2 : Saumon délicieux
  • Dessert : gâteau au skyr, fruits et glace maison à la myrtille.

Nous continuons ensuite notre balade vers l’immense église Hallgrímskirkja et l’imposante statue du viking Leif Erickson.

Une fois, notre visite de la capitale terminée (rapide quand même), nous avons repris la route vers Sauðárkrókur car le lonely planet annonçait un camping gratuit (et c’était plutôt cool pour notre budget). Sauf que le camping était payant.


Camping de Sauðárkrókur. Sympathique camping !

Le camping est situé à côté de la piscine de la ville. Les toilettes et les douches sont très propres. Douches payantes ( 250 ISK).


Le point info. A vos stylos !

  • Les chevaux sont élevés pour la viande (pas seulement pour faire des balades)
  • Il existe une carte de réduction (welcome card) pour la capitale qui donne droit à des entrées, réductions, renseignez-vous à l’office du tourisme de la capitale.
  • Le macareux est encore chassé pour sa viande (chasse contrôlée) en Islande mais interdite en France, quoi, vous ne saviez pas qu’il y avait des macareux en France ? Nous non plus d’ailleurs, jusqu’à ce qu’on ouvre un livre dans un café islandais … (Ils sont en Bretagne).
  • Le café est la boisson préféré des islandais, il y a des cafés partout (et dans la capitale, il y en a plein !), par contre, ça ne signifie pas qu’ils font du bon café. On a préféré leur chocolat chaud !

L'anecdote du jour ! Le plus beau des spectacles !

Avant d’arriver au camping de Sauðárkrókur, nous avons eu droit au plus beau des spectacles offert par la nature islandaise ? Une chose qu’on ne pourra jamais avoir chez nous en France. Vous avez deviné quoi ?

Et bien, cette photo a été prise à minuit dans la nuit du 16 au 17 juin, juste avant notre arrivée au camping de Sauðárkrókur.

C’était tellement impressionnant, que nous nous sommes arrêtés sur le bord de la route avec les warning.

Un peu perdu au milieu de nul part, nous avons cependant croisé 2 voitures à cette heure-là de la nuit. Et les 2 conducteurs se sont arrêtés, croyant que nous étions en panne. 2 gentils islandais à qui nous avons fait signe que nous faisions des photos. Vous y croyez vous ? Pensez-vous que ça pourrait arriver en France ? 2 gars qui en l’espace d’une vingtaine de minutes viennent vous porter secours (si vous en avez besoin). En France, les gens seraient passés à côté de nous sans se renseigner si on était en panne ou non. Peut-être bien que j’aurai été la première à continuer ma route …

Je confirme : les islandais sont très gentils et accueillants, c’est un fait.

Voilà d'autres photographies de ce merveilleux moment.

Fin de notre cinquième journée en Islande.


Photos du jour



17 juin – Húsavík et Goðafoss

Le 17 juin, c'est la fête nationale du pays.

Tous les drapeaux flottent fièrement devant les maisons.

Etrangement, le calme règne partout sous un soleil magnifique.

Petit récit du jour. Cap au Nord !

Après notre courte nuit (et une douche enfin), nous avons repris la route en direction de Mývatn (où nous passerons la nuit).

En chemin, nous nous sommes arrêtés à la ferme de Glaumbær où l’on trouve des bâtiments en tourbe datant du 18ème siècle (il y a un musée) et une petite église.

Ensuite, nous avons repris la route vers Myvatn, en passant à Akureyri pour faire des courses au supermarché Bonus (une sorte de ED – LIDL).

Le port d’Húsavík

Charmant petit port de la mer du Grœnland (et oui ), Husavik est connu pour être le départ de plusieurs sorties en mer, soit pour admirer les baleines et les macareux, soit pour se rendre au Groenland, soit enfin pour vous permettre le temps d’une excursion en mer d’atteindre le cercle arctique. Tout un programme pas vrai ?

On était tenté par tout et surtout par le cercle arctique.

Mais 2 choses vont nous faire rester à terre : l’heure tardive à laquelle nous sommes arrivés au port offrait peu de départ et le prix, autant le dire, ce n’est pas donné du tout.

Au final, on s’est baladé dans le port et on a bien bronzé sans le vouloir, mais il faisait tellement beau ce jour-là.

Info : Un site pour vous renseigner sur les sorties en mer : Sailing adventure mais ce ne sont pas les seuls à proposer ce genre de sorties, vous en trouverez d’autres sur place, ils font tous à peu près la même chose.

Goðafoss, la cascade des dieux !

Goðafoss (chute des dieux) est une des chutes les plus spectaculaires d’Islande. Elle est localisée dans la région de Mývatn.

Elle fait 12 mètres de hauteur sur 30 mètres de largeur. Quoi vous dire si ce n’est qu’elle est très impressionnante !


Le camping de Reykjahlíð. En terrasse.

Nous avons terminé notre journée au camping de Reykjahlíð (tout près de Myvatn) , alors oui je sais, il y a 2 campings dans cette ville mais je ne sais pas son nom … c’est le premier en entrant dans la ville, il y a des douches communes, et des terrasses en herbe pour planter les tentes (d’ailleurs il y avait beaucoup de français dans ce camping !).

Fin de notre sixième journée en Islande.


Photos du jour



18 juin – Mývatn et ses environs

Mývatn, on l’appelle le lac des mouches… et bien, on vous garantit qu’il n’a pas volé ce surnom ! Quelle horreur ! Tous ces moucherons !.

Franchement, ça nous a gâché la visite. On a fait vite le tour du lac, on a tenté une randonnée mais on a rebroussé chemin tellement qu’on n’en pouvait plus des moucherons. On a rencontré des islandais qui travaillaient au bord du lac, ils avaient des filets sur la tête. Je conseille d’en acheter si vous voulez vous balader autour du lac car sinon c’est invivable. Et en plus, les moucherons ont aussi envahi la voiture… on était heureux !

On va dire qu’à cause de ces vilaines bêtes, on était un peu ronchon le matin, mais très vite, on s’est émerveillé en arrivant vers la zone géothermique de Bjarnarflag (non loin de Mytvan).

La zone géothermique de Bjarnarflag.

Ici se dresse des installations de la première usine géothermique d’Islande et surtout un lac aux eaux turquoises ressemblant au Blue Lagoon, sauf que lui, il est toxique et qu’il est formellement interdit de s’y baigner.

Hverir, l'autre planète.

Non loin de Bjarnarflag, on a le spectaculaire paysage de Hverir. On se croirait un peu sur une autre planète avec les couleurs ocres et surtout avec les fumerolles et les étranges bassins de boue.

On ne vous parle même pas de l’odeur de soufre qui se dégage de cette zone. Le but du jeu dans cette zone étant de ne jamais se trouver face au vent, sinon, c’est la nausée garantie !

La zone est balisée, avec des panneaux explicatifs, et nous vous conseillons de bien suivre le sentier balisé, c’est une zone dangereuse, parfois il y a des bruits étranges sous vos pieds ou une sensation de grand vide (quand on tape un peu, ça fait peur).

Ensuite, nous avons repris la route jusqu’à Dettifoss dans le parc national du Vatnajökull (du glacier du même nom et aussi grand que la Corse pour vous situer le truc).

Dettifoss

Dettifoss (vous aurez compris que « foss » c’est cascade en islandais), mesure 44 m de hauteur et son débit est impressionnant (193 m3 d’eau/seconde).

Bref, une cascade impressionnante et pourtant très accessible en voiture, puis à pieds. Attention, vous allez vite être trempée en vous approchant du bord !!

Selfoss

Non loin de Dettifoss, vous pouvez jeter un oeil à l’autre cascade du coin : Selfoss. Moins gigantesque, elle n’en est pas moins jolie à voir et à écouter.


Fin de journée. Le camping inconnu...

Après cette balade, nous sommes repartis dans notre clio en direction de notre futur et dernier point de chute (pour le lendemain) : Borgarfjörður eystri, tout à l’est de l’Islande. En partant des cascades, on a un peu tourné en rond avec la voiture (la fatigue ?) et au final, nous nous sommes arrêtés dans un camping dont on n’a totalement oublié le nom. Nous sommes arrivés tard et repartit très tôt, du coup, nous n’avons pas payés (puisque nous avons croisé personnes). Le camping possédait une petite cabane en bois avec 2 toilettes propres et une petite cuisine, occupée par un couple très imbibé d’alcool. Donc impossible pour nous de vous donner le nom du camping… ni le lieu d’ailleurs.


Terminons cet article sur cette étrange création, posée en bord de route (vers Krafla). Un WC et une douche d’eau chaude bien entendu !

Avis aux amateurs de sensations chaudes et cocasses.

Fin de notre septième journée en Islande.


Photos du jour



19 juin – Borgarfjörður Eystri

Quand j’avais planifié (un peu quand même !) notre voyage, j’avais mis Borgarfjörður Eystri en dernier point de passage. Je n’étais pas certaine que l’on puisse y aller, à cause des délais et surtout, j’avais un doute sur la route : était-elle praticable avec la clio ?

Malgré tout, j’avais très envie de voir cette endroit, certainement du au fait que j’avais lu qu’on pouvait y trouver une grande quantité d’oiseaux dont les macareux. Nous étions un peu déçu par nos clichés de macareux (surtout Loup) et terminés notre court voyage sans voir des macareux de près, aurait été vraiment encore plus frustrant (notre court séjour étant déjà frustrant à lui seul).

Alors nous voilà partis, tous les 3, en direction de Borgarfjörður Eystri.

Magali

Nous avons été un peu fou ce jour-là en se lançant à l’assaut de cette route 94.

La clio était déjà bien sale mais après ce jour-là, on ne savait même plus de quelle couleur elle était.

Sans compter que nos nerfs ont été mis à dures épreuves avec cette route goudronnée par endroit, très gravillonneuse tous les autres moments. Et le col ! Et les 14% de montées et donc de descentes …

Ajouter à cela : un épais brouillard, de la neige aussi …

Surtout qu’une fois arrivés en bas de cette longue et interminable route, les garçons ont été un peu septique en voyant la ville, le village ? Ce trou perdu ?

Borgarfjörður Eystri

Borgarfjörður Eystri est un petit village de 100 habitants, avec une mini supérette dans une maison (oui dans la maison d'un habitant), un café (et quel café !) et un camping où nous avons posé nos tentes.

En somme, Borgarfjörður Eystri, c’est un peu le bout du monde.

Les choses à voir dans ce village :

  • L'église
  • La magnifique maison rouge et herbeuse de Lindarbakki (datant de 1899)
  • Un soit-disant rocher de l’Elfe avec une table d’orientation (que seuls les courageux garçons iront voir) qui n’a rien d’exceptionnel
  • Le café, il faut absolument le visiter et déguster le gâteau maison avec un chocolat chaud !!
  • Et surtout, vous rendre à Hafnarhólmi, à la pointe du village, au petit port de pêche.

Hafnarhólmi. Le rocher aux puffins !

A quelques kilomètres du village donc, on trouve un petit îlot attaché au petit port de pêche. Ce lieu se nomme Hafnarhólmi. Et c’est juste le lieu où niche la plus grande colonie de macareux de l’Islande. Plus de dix mille couples viennent ici mettre au monde leurs petits dans des terriers. C’est juste incroyable ! Le lieu est aménagé avec des plateformes d’observation pour ne pas trop déranger les oiseaux (mais nous avons trouvé que l'on dérangeait quand même les oiseaux).

Notez que le macareux n’est pas un expert du vol. En effet, c’est un oiseau de mer, de la famille des pingouins. Et son décollage ou atterrissage est très drôle à regarder.


Le camping de Borgarfjörður Eystri. La classe !

Un des meilleurs camping que l’on est fait en Islande ! 750 ISK la nuit par personne, 100 ISK la douche chaude (pour 2 min). Plusieurs WC très propres, chauffés. Une cabane avec cuisine électrique, eau, électricité et 2 tables de camping en bois. Des prospectus, des cartes routières et de balades… le meilleur camping à petits prix en plus.


Alfa Café. Une tarte à la rhubarbe !

On termine cette journée avec un délicieux chocolat chaud accompagné d’une tarte à la rhubarbe, au café du village. Nous avons adoré le Alfa Café pour son décor, son ambiance et ses gourmandises. Rendez-vous demain pour un autre chocolat chaud !

500x500

Fin de notre huitième journée en Islande.


Photos du jour


20 juin – La boucle est bouclée.

Le soleil se lève sur Borgarfjörður Eystri.

On range nos toiles de tentes et il est l’heure d’aller prendre le petit-déjeuner. Ce sera au Alfa café !

Du coup, nous voilà repartis tous les 3 pour un bon chocolat chaud et un bout de gâteau au chocolat (un délice !).

Soupir.

C’est notre dernier jour sur l’île. Demain matin, dès 6h, on devra attendre dans la voiture pour monter à bord du ferry. Cette idée nous déprime totalement.

Pour se changer les idées, nous filons à nouveau vers l’île aux macareux, en plus le ciel est encore plus beau que la veille.

Et c’est parti pour une séance photographie inoubliable avec ces clowns des airs.

Egilsstaðir

Ensuite, on quitte lentement Borgarfjörður Eystri en direction de Egilsstaðir (où nous mangerons au Subway, pas très islandais comme fastfood !).

En fin d’après-midi, on tire nos carcasses (nous sommes devenus des zombies dépressifs qui errent en attendant de quitter l’île) jusqu’à Seyðisfjörður, là où tout a commencé.

La boucle est bouclée. Retour à Seyðisfjörður où notre road trip islandais avait commencé, où il se termine.


SKAFTFELL. Un café pour une dernière bière.

Le ventre criant famine, nous nous sommes installés dans ce très sympathique café « SKAFTFELL« . L’ambiance est vraiment génial. Internet est gratuit. Les serveuses sont gentilles et on mange bien (par contre, le bistrot se remplit vite, peu de tables). Là, on se laisse aller à notre pêché mignon : la dégustation de bière (et oui, nous ne sommes pas seulement fan de Nikon).

500x500

500x500

La bière. Egil’s,Thule,Vikings...

Nous pensions avoir goûtés toutes les bières islandaises, et bien non, on en a découvertes encore ce soir-là. Il existe 3 grandes marques de bières islandaises très connues (et répandues) : Egil’s, Thule et Vikings. Qui se déclinent en blonde, ambrée ou brune pour certaines. Mais ce soir-là, on a pu goûter à la Kaldi, Pil’s, et la Gullfoss (du nom de la cascade).

A savoir : Il y a encore une vingtaine d’année, il était interdit de vendre de l’alcool en Islande. Aujourd’hui, il reste très difficile et très cher de boire de l’alcool, y compris la bière, et les prix s’envolent très vites.

Pour acheter de l’alcool en Islande, il faut se rendre dans un Vínbúðin (un magasin d’état qui ne vend que de l’alcool).

Et notez aussi que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé (et pour l’esprit, parfois, on dit des choses qu’il ne faudrait pas dire… ).


Après cette pause de zythologie (ou biérologie), nous avons emprunté la route qui part du café pour se rendre vers l’entrée du fjord (chemin non goudronné).

Notre but étant d'attendre l'arrivée du ferry pour le photographier et filmer.

Et bien, on l’a attendu, attendu …

Au point que nous avons fini par dormir dans la voiture, face à l’entrée du fjord…

Fin de notre neuvième journée en Islande, on s'endort dans la clio face au fjord.


Photos du jour


21 juin – Dernière matinée en Islande

Petit récit du jour. This is the end.

Nous avons donc attendu le fery en dormant dans notre véhicule à l’entrée du fjord. Et au petit matin, nous nous sommes levés (avons-nous vraiment dormi ?) très très tôt. Le soleil était déjà là et la journée s’annonçait merveilleuse mais à 9h du matin, nous devions quitter l’Islande.

Le temps passe et toujours pas de traces du ferry !

Alors on a contemplé le fjord, en se disant que vers 7h, on serait dans l’obligation de se rendre à l’embarquement pour s’enregistrer (même si le ferry n’est pas encore arrivé).

Et puis, soudain …

Le ferry arrive. Imposant et malgré tout si petit. Dans le fjord, le ferry, il fait tout petit !

On l’a suivi. Et on a marqué une pause pour discuter avec le gars qui fait les prochaines vidéos officielles du ferry pour la Smyril Line (il était en tournage avec nous sur le ferry à l’aller et au retour aussi du coup).

Et étrangement, en recevant la brochure de la Smyril Line de 2014, on verra que ses photos sont les mêmes que les nôtres ! Normal, nous étions au même endroit !

Puis, nous avons été au check-point pour nous enregistrer.

Nous sommes montés à bord du ferry et nous avons repris le large, sans trop se retourner, car on n’avait pas très envie de partir.

En attendant, notre road trip en Islande se termine un peu ici. On a quitté l’Islande.

On y a laissé un peu de nous là-bas. Nos 9 jours partagés entre tous les 3 avec nos fous rires, nos secrets, nos silences, nos gros délires (pour ça, on est des champions, je crois), bref, tout ce qui ne sera jamais dit ou vu ici.

Car il faut savoir garder des choses pour soi, tout ne doit pas être dit (ou publié sur le net!).

Une fois, à bord, nous avons retrouvé nos cabines couchettes, bruyantes et surtout puantes, au point que nous avons vécu une nouvelle aventure à bord.

Bien loin de la croisière s’amuse.


L'anecdote du jour. Ou de la nuit ?!

Sur le ferry, au retour, nous sommes en cabine couchettes et nous avons la chance d’avoir : « Gabe » (en tout cas son sosie pour les geeks qui le connaissent) qui est le champion du monde des ronfleurs (des sons jamais entendu de notre vie); « Heidi » la voyageuse (à pieds) qui a du faire l’Islande sans jamais prendre une douche. Gentille mais d’une puanteur la pauvre fille que même la douche sur le ferry n’a rien fait ; « La dame que l’on a posé là » (c’est un membre d’équipage qui nous a amené cette dame avec son coussin et sa couverture). Elle est restée sous sa couverture sans bouger mais elle ronflait bien. Bref, vous l’aurez compris, notre cabine aurait pu s’appeler « BRUITS ET ODEURS », ou « NUITS ET HORREURS ».On a bien tenté de dormir dans cette cabine, on aurait presque pu se faire aux ronflements mais l’odeur ! Non, c’était de trop. Alors au final, nous n’avons pas dormi, en tout cas la première nuit. Nous avons squatté le « Sky bar », le bar était ouvert toute la nuit à cause de l’escale aux îles Féroés (en pleine nuit donc interdiction de descendre),vagabondé sur les ponts du ferry. En fait, on a passé une excellente nuit (dehors).

500x500

Et pour notre deuxième nuit, nous avons eu l’idée de regarder les autres cabines couchettes (pensez-y au cas où !). Comme le ferry n’était pas plein, nous avons trouvé une cabine vide. On a déménagé nos affaires de la cabine « bruits et odeurs », et nous nous sommes installés dans la cabine « calme et chaleur » (il fait chaud en bas).

Quant à notre Jacques, nous avons failli le perdre le lendemain midi, lors du « today’s meal ». Lui qui avale toujours tout (et n’importe quoi), il a failli mourir la tête dans son assiette. Il faut avouer que le repas offert avec les cabines couchettes, c’est pas le luxe.


500x500

C'est fini ! La fin de la fin

Voilà, cette fois c’est fini pour l’Islande. Plus de récits à écrire. De nouvelles aventures nous attendent quelque part tout près ou pas, on verra ! Quand à notre ami Jacques, il a retrouvé sa petite famille mais continuez de suivre ses aventures (en URBEX ou pas) sur son FLICKR.


Photos du jour


Fin du "Iceland Road Trip" en Renault Clio.

Vidéo de l'ensemble du voyage.


Iceland Road Trip

With a good friend of ours, we began our trip to Iceland from the South of France.We drove through : France, a little part of Switzerland, Deutschland and in the end Denmark where we eventually took the ferry at Hirtshals. We had driven 1600 kilometres (995 miles).

Our project ?

Our goal was to go through Iceland on the main road from the Fjord of Seyðisfjörður, through the South (Hofn, Vik, ...), visit the Geysir parc, the Blue Lagoon and then go to the capital Reykjavik. Afterwards, we drove up North to visit Husavik and then Godafoss, one of the most spectacular waterfalls in Iceland. We then spent time in Borgarfjörður Eystri, a small village on the East coast where is the biggest colony of Iceland Puffins. In that village, there is also an exquisite café called Alfa Café and we suggest everyone to go.

Please find below some useful information :

Ferry : Departure from port of Hirtshals to Iceland.You can choose to make some stopovers in the Faroe Islands.

If you wish to travel with your own car, you have to be 2 hours in advance before departure of the ferry. The down side is that only one driver is asked to stay in the vehicule for boarding while the travel companions go to the customs separately and then board on the ferry by themselves. As the journey (2 days) is long and monotonous, do not forget to take some food and something to keep you busy.

If you decide to sleep onboard, there are bunks available (we used them) you would then have the "today's meal" included. There is no room service, you will have to go to the restaurant in order to have your "today's meal".

On board , on our way :

We went near the Shetland Islands where there are a lot of oil rigs. We were then surprised to get an overstop at the Faroe Island. A very good surprise! We had a 9 hours stop to walk about and see those lovely and typical houses ; this visit offered us a before taste of Iceland. How nice ! The end of the journey was at the Fjord of Seyðisfjörður which was where we would start and would end our road trip.


The road trip :

  • The Jokulsarlon Icebergs and a sight on the glacier
  • The Fjallsarlon lake a bit further on our road. This lake is a must-see in Iceland.
  • Sterns, the symbolic birds of Iceland. Beware, they attack easily !
  • We spent the night in the campground of Vik i Myrdal.
  • Dyrhólaey where we could see the beautiful puffins
  • Skógafoss was not planned but surely was an exquisite surprise. It is a beautiful waterfall witha wonderful view on the green plain
  • Lunch at Sauðhúsvöllur and stop at Kerið
  • the 14th of June ended at Geysir and its camp site.
  • On the 15th of June, visit of the National Park of Þingvellir
  • a short stop at the Blue Lagoon
  • we discovered by chance the Middle Point : a bridge between two continents. On one side the North American plate and on the other side the European one.
  • The final stop of our day was at the municipal campground of Garður

Important : In Iceland, you do not pay your stay once you arrive at the camp site. You pay the next day atfer having spent the night. Sometimes the manager comes directly to your tent in the morning and asks you to pay for the night. If you say that you did not take a shower he may not even charge you...


Good to know :

Geysir can erupt up to 120 meters high which makes it one the greatest geysirs after the ones in Yellowstone (TBC). Nevertheless despite what you migh have heard, Geysir does not erupt as often as people say. It only erupts when there is an earthquake ; it awakens it otherwise it is asleep most of the time. The one that erupts every 10 minutes is Strokkur, less impressive because it does not erupt very high but it is still very nice and a must-see.

  • June 16th : Reykjavik, the capital. Visit and discovery of the Icelandic traditional cuisine including a dish made from puffin.
  • Night spent at the camp site of Sauðárkrókur jsut after a breath taking midnight sun. The sun set and the sun rise few seconds after.

Good to know :

Not only are the horses bred for riding, but also for their meat well known to be low-fat and iron-rich. Upon arrival in Reykjavik, go to the tourism office and ask for the "Welcome card' which gives you discounts on numerous visits you would wish to do. The puffin is still hunt for its meat (under control though) while it is forbidden in France. In France ...? Yes, we do have puffins in France as a matter of fact. We did not either know until we found out that they live in Brittany. Where did we find this out? In a book from a shelf in an Icelandic coffee shop.... Ironic.

Coffee is the favorite drink of Icelandic people. Coffee shops are everywhere. From our part, their coffee was not our favorite drink, we prefered by far their hot chocolate.

  • June 17th, is national day. We went up North to do some shopping in Akureyri, then we headed to the port of Húsavík where you can go on a boat ride offshore to see whales and go above the Polar Circle.
  • We stopped at the Gods Waterfall called : Goðafoss. It is 12 meters high and 30 meters width.
  • We ended our day at Reykjahlíð camp site (near Mývatn)
  • June 18th, Very quick stop at Mývatn which is also called the "flies lake". A name which makes a lot of sense as there are flies everywhere . One cannot look somewhere without having a cloud of flies and it can get on one's nerves. This is the reason why we did not stay long.
  • Next stop was at the geothermal area of Bjarnarflag whith its toxic Blue Lagoon, yet beautiful.
  • Afterwards we went to Hverir. A place where toxic mud comes out of the ground with lots of fumaroles. A strange atmosphere and somehow a bit disturbing as it makes a hollow sound and it moves....
  • The last stop of our day (and not the least) was at the Dettifoss and Selfoss waterfalls. We ended our day in a camp site.
  • June 19th, We headed East to a small village of about 100 inhabitants called Borgarfjörður Eystri. It is so small that the conveninece store is in someone's house. The only coffee shop serves excellent apple pies and hot chocolates. There, we slept in the best camp site in Iceland.

Good to know :

Few kilometers away from Borgarfjörður Eystri, there is a little island which is called Hafnarhólmi. It is an area where more than 10 000 puffins come to nest and lay eggs. Little observation platforms have been built for the tourists to see the birds closely whitout disturbing them.

  • June 20th, we go to Seydisfjordur since the next day we would be getting back on the ferry. Last chance to see puffins, we drove on the dirt road #94.
  • Once arrived at Seydisfjordur, we decided to have lunch in the restaurant SKAFTFELL. Beware, as it is where the ferries arrive and depart, there are always a lot of people and they also go the SKAFTFELL.
  • The last night would be spent in our car in order to see the ferry arrive. It seems so tiny compared to the landscapes around.
  • June 21st, the ferry is ashore and we get ready . Hours later the feery would be taking us back.
  • Our road trip in Iceland was over.

SUIVEZ-NOUS

Accompagnez-nous en temps réel, ou découvrez nos dernières positions.

Distance actuellement parcourue :
Dernier enregistrement :

Partenariat

Vous souhaitez devenir partenaire et/ou nous demander des photographies ? Nous faire tester des produits ? Nous inviter à manger ou à l'apéritif ?

N'hésitez pas à nous contacter, nous étudirons vos propositions avec attention (surtout pour manger...).

Lire les conditions générales du site.

Ils nous font confiance.
Suivez-nous sur les réseaux !
© 2015 songe.eu